Trois communautés, un écosystème et … la multitude

Publié le

banniere-blog-760x308-3

Au sein du réseau Apidae, nous avons l'habitude de nous définir comme un ensemble de trois communautés qui travaillent collectivement à la valorisation des territoires : c’est ce que nous appelons l’écosystème.

Quelques chiffres pour donner une vision globale à fin novembre 2016 :

  • Les communautés territoriales : 712 membres (65% des membres)
  • Les communautés thématiques : 337 membres (30% des membres)
  • Les communautés partenaires : 66 membres (6 % des membres)

De la communauté naît le sentiment d'appartenance, d’entraide, d'échange, d'intérêts partagés qui donne à chacun des membres sa force et son identité

De l'échange entre communautés naît la diversité, la mixité, la richesse et l'innovation propice à la transformation et à l'adaptation à un monde en perpétuel mutation.

Au sein du réseau, nous parlons donc de trois communautés, mais l’avenir repose sur une quatrième communauté que nous devons séduire et avec qui nous devons créer plus de lien : la “multitude” des acteurs de nos territoires.

 

Zoom sur les communautés qui travaillent ensemble pour construire l’attractivité territoriale :

Les communautés territoriales regroupent les membres qui ont un intérêt partagé dans le développement de l’économie de leur territoire. Ils sont au cœur du réseau Apidae. Ils sont aussi les principaux financeurs et les principaux bénéficiaires de l’action du réseau et de l’usage de la plateforme.Les cinq communautés territoriales sont reparties de la manière suivante :

  • Auvergne Rhône-Alpes (468 membres) :
    Inclus des institutionnels du Tourisme mais aussi un bon nombre de collectivités territoriales (22%).
    En 2016, la croissance de cette communauté provient de l’arrivée des membres de l’Auvergne, mais aussi d’un usage de plus en plus important de la plateforme. Les mairies ou autres collectivités territoriales voient en effet tout l’intérêt du réseau pour développer du lien avec les habitants et mettre en place un stratégie d’attractivité territoriale globale.
  • Provence Alpes Côte d’Azur (158 membres) :
    Cette communauté est encore en pleine expansion et largement portée par l’institution régionale qui a identifié le potentiel du réseau pour faire entrer le territoire entier dans l’économie numérique du 21ème siècle avec des projets ambitieux (nouveaux services construits en coopération avec les les systèmes d’informations transports, projet de gestion collaborative de l’information client …)
  • L’Ile de France (58 membres) :
    Ce territoire a une identité très différente : Paris concentre une grande partie de l’offre et de l’attractivité touristique internationale, et des destinations complémentaires qui peuvent être internationales (Disneyland, Versailles …) ou au contraire plus locales (cf. le site des franciliens)
  • Le Tarn (23 membres) :
    Département de la nouvelle Région Occitanie. Il a rejoint le réseau en 2015 avec une stratégie de partage des rôles et de construction de liens très ambitieuse avec tous les acteurs de leur écosystème touristique au service d’une marque de valeur et d’une identité commune.
  • La Suisse (5 membres) :
    A rejoint le réseau très tôt essentiellement du fait de liens transfrontaliers de longue date de part et d’autre du Léman et des Alpes.

 

Les communautés thématiques sont au nombre de quatre :

  • Partenaires techniques (277)
  • Conseils et accompagnements (12)
  • Traducteurs (34)
  • Ecoles et centres de formation (13)

Ces communautés thématiques regroupent les membres en fonction des types de services ou du rôle complémentaire qu'ils jouent vis-à-vis des communautés territoriales.

 

Ces membres apportent de la valeur à tout l’écosystème en :

  • proposant des innovations en termes d’usages ou de technologies,
  • industrialisant la diffusion de l’information dans des environnement variés,
  • enrichissant la donnée de base par des solutions ou des plateformes complémentaires liées à Apidae,
  • développant de nouveaux services utiles à la pratique des métiers et de la gouvernance dans les territoires membres.

L’un des objectifs de l’application ApiApp, disponible  courant 2017, est de rendre lisible toute la richesse de ces services apportés par ces membres et qui sont dans une relation de collaboration ouverte avec le reste du réseau.

 

Les communautés partenaires sont au nombre de deux :

  • Les diffuseurs privés : 57 membres
  • Les partenaires nationaux : 9 membres

Ce sont des membres qui sont moins impliqués dans l'écosystème du réseau mais qui sont partenaires :

  • pour des raisons historiques (ANMSM, Offices de Tourisme de France…)
  • ou qui sont des usagers de la donnée dans une relation client - fournisseur classique (achat des données par les diffuseurs privés).

 

Et demain, une quatrième communauté : la multitude …. ?

Cette approche en termes de communautés est à l'origine de notre singularité. Ces liens qui s'organisent autour d’une plateforme sont aussi ce qui va nous permettre de nous projeter vers l’avenir. Car aujourd’hui les organisations qui comptent dans le monde du numérique sont toutes basées sur ce modèle ouvert (Apple et son AppleStore, Amazon et sa plateforme de vente, …).

Mais parlons aussi d’une 4ème communauté : la multitude … des acteurs du tourisme présents sur notre territoire. Ils sont au nombre de 9 000 environ inscrits sur la plateforme à ce jour.

Ils enrichissent les données sur la plateforme, ils exploitent les informations sur leurs propres sites web, le tout “coachés” par leurs offices de tourisme ou les institutionnels de leurs territoires.

Ils représentent l’avenir de notre développement comme la multitude représente l’avenir des grandes plateformes actuelles (AirBnB tire sa puissance du nombre toujours plus important d’offres et d’utilisateurs qui exploitent sa plateforme … !)

A nous de rendre ces acteurs plus libres et plus entreprenants en leur fournissant plus de services pour qu’ils développent leurs propres stratégies numériques seuls ou en équipes ! Cette multitude est la richesse de nos territoires. Nous devons créer plus de liens avec eux et la plateforme Apidae doit permettre de le faire simplement. C’est notre challenge de l’année 2017.

Contact

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *