Au coeur du projet Apidae en Nouvelle-Calédonie – deuxième partie

Publié le

Après avoir découvert le territoire pendant la première semaine de la mission, il était temps d’attaquer le sujet de mise en place d’Apidae au sein de la destination. Au programme, plusieurs sessions de formations, de l’assistance à maîtrise d’ouvrage, mais aussi une présentation officielle pour lancer la semaine.

 

La séance plénière et les formations

Qu’est ce que la Data ? à quoi sert t’elle ? qu’est qu’un écosystème digital ? comment mettre la donnée touristique au centre de la stratégie ?  Des questions basiques, mais qui ouvrent la discussion sur la manière de structurer l’offre touristique d’un territoire. 

Nous voici donc, un mardi matin, dans le grand auditorium de Nouméa, prêts à parler données et tourisme pendant environ deux heures. Dans un cas standard, l’assemblée est généralement composée de chefs de projet, de webmaster et deux ou trois personnes qui cherchent une réunion déjeunatoire gratuite ou à remplir leur planning professionnel…

Mais là, les équipes de Bastien et Manon avaient sorti l’artillerie lourde : Président de Nouvelle Calédonie Tourisme Point Sud, les directeurs des trois destinations, les équipes opérationnelles du territoire, les directrices et directeurs d’office de tourisme, les agences web du territoire, la TV, la presse et même des classes de BTS Tourisme dans la salle. Plus d’une centaine de personnes venues pour l’occasion parler Data. Le sujet a duré deux bonnes heures pendant lesquelles Apidae, sa plateforme et le réseau collaboratif qui le compose ont été au coeur des débats. Des échanges avec les agences de pub ou les équipes de la Province Sud ont été très fructueux et ont servi à réellement démontrer l’intérêt de mettre la plateforme au coeur de l’écosystème digital touristique de la Nouvelle Calédonie.

 

L’après-midi a été consacré à recevoir les opérateurs privés intéressés pour travailler sur l’adoption d’Apidae dans leurs développements. Une journée dense mais très utile pour l’adoption du réseau par l’ensemble des acteurs du territoire.

Dans les jours qui suivent, deux sessions de formation de niveau 1 et 2 sont mis en place et à l’instar des sessions de formation en métropole, la première formation était dédiée aux décideurs et directeurs d’Offices de Tourisme ou de Destination. Pourquoi à l’instar me direz-vous ? Car lorsque que l’on prépare un projet opérationnel, la direction doit être pleinement partie prenante. Malheureusement, pas formés ou mal informés, ces dirigeants sont généralement assez perdus dans la gestion de cet écosystème digital. C’est dommage car, leurs équipes ont besoin que l’on comprenne leur travail et certaines décisions sur le plan numérique peuvent être stratégiques à l’heure où plus de 85% des touristes réservent leur séjour sur internet, la destination d’aujourd’hui a pour impératif d’être efficace digitalement parlant.

Dans notre cas précis, deux jours de formation pour les directeurs afin de leurs montrer la saisie mais aussi l’exploitation de données suivi de deux jours pour les agents en charge des données ou de la communication digitale. Bref, 21 personnes formées en 4 jours qui sont aptes à devenir référents sur leur propre territoire. Une belle semaine, assez intense quand même, qui se termine.

 

Vers la fin du séjour et l’accompagnement de projet

Après un petit break pour profiter des attraits de la destination avec ma famille sur l’atoll d’Ouvéa, le moment était venu de clore cette mission. Nous avons fait le point sur le déploiement d’Apidae sur l’ensemble du territoire, les nouveaux enjeux en terme stratégique et de communication avec les différentes parties prenantes. Il ne restait plus qu’à voir l’organisation à mettre en oeuvre pour animer le réseau de référents et faire en sorte que toute cette énergie déployée depuis le début de la mission puisse perdurer. Manon anime désormais et en attendant l’arrivée d’un animateur Apidae, un réseau de petites abeilles calédoniennes qui oeuvre pour un premier but précis, sortir un site internet riche et qualitatif. 

Il est temps pour moi de les laisser trouver leurs marques et trouver un rythme qui permettra d’ancre Apidae dans les usages de la filière touristique de Nouvelle Calédonie.

 

De mon côté, je repars la tête chargée de souvenirs et de rencontres avec des calédoniens dont l’hospitalité n’a d’égal que la beauté de leurs paysages

La Nouvelle-Calédonie possède des atouts que peu de sites au monde peuvent avoir. Il faut la valoriser et offrir une véritable fenêtre touristique sur les territoire français d’outre-mer, tout en évitant les erreurs du passé du tourisme de masse. Il faut cultiver cette exclusivité du touriste dans des destinations comme celle-ci, c’est l’atout majeur du tourisme de demain.

Mais si il faut mener une nouvelle mission sur ce sujet, je peux repartir dès demain…. 🙂

Contact

Bastien SERAFIN
Responsable Marketing Digital
Nouvelle-Calédonie Tourisme
www.newcaledonia.travel

Auteur de l’article