Question observation, l’Ardèche y voit bien clair !

Publié le

Obtenir des résultats plus performants en matière d’observation en développant des outils automatisés est depuis plusieurs années une préoccupation fondamentale pour l’Agence de Développement Touristique de l’Ardèche.
Pour Bénédicte Praget, responsable de l’observatoire au sein du Pôle Développement, les outils mis en place sont aujourd’hui incontournables pour le baromètre départemental…

 

Automatiser les outils d’observation, un choix déterminant

Initié en 2012, le projet est engagé en 2016 alors que l’ADT de l’Ardèche choisit de faire converger toutes ses données d’analyse vers la plateforme Visitdata. Richard Roiron, le prédécesseur de Bénédicte, nous rappelait alors ici les objectifs de la démarche et en résumait bien les atouts : « Un entrepôt unique, des flux de données associés à des indicateurs… la transversalité entre les sources de données et une consultation en temps réel ».

La mise en place d’un connecteur entre les plateformes Visitdata et Apidae a été une étape décisive. Depuis, animée par la volonté d’obtenir un suivi rigoureux des performances et audiences de son environnement digital, l’ADT a poursuivi un travail de réflexion et de développement pour ajuster, améliorer, perfectionner et aboutir à la version actuelle de l’outil.

 

Le connecteur Apidae alimente aujourd’hui un dispositif riche et complexe, comme on le voit sur ce schéma :       


 

Instaurer un dialogue entre les plateformes de données

Comme l’explique Bénédicte Praget, « l'un des enjeux majeurs est de faire parler entre elles des plateformes très différentes ! De parvenir à faire cohabiter deux visions une approche analytique et une approche client »

On aura vite compris l’ampleur de la tâche qui vise à :

  • Mettre en relation des données très diverses,
  • Gérer des correspondances d’objets avec des identifiants différents,
  • Orchestrer des données, des flux et des indicateurs pour dégager des résultats pertinents.

Grâce à sa double compétence, alliant tourisme et technologie, Visitdata, sait prendre en compte ces besoins spécifiques. Aujourd’hui le dispositif permet de croiser plusieurs référentiels et d’activer les bonnes connexions pour optimiser la qualité des analyses.

 

Puiser l’information dans Apidae, un pari gagnant

Le connecteur avec Apidae présente de précieux atouts pour Visitdata :

  • Une profondeur de champ plus riche : la sélection des champs exportés est déterminée en fonction des choix stratégiques. Le bénéfice est immédiat : plus de données, plus de critères et donc des analyses plus pointues et plus fines.
    L’observation peut porter sur un territoire en particulier ou une filière spécifique et ainsi, pour tous les objets touristiques critérisés dans Apidae, rendre compte des ventes ou de la visibilité sur le site grand public.
  • Une offre exhaustive : le flux xml généré par Apidae pour alimenter la plateforme Visitdata permet de transmettre toute l’offre touristique du territoire, soit 42 000 objets !
  • Une saisie unique : pour tous ceux qui contribuent activement à la saisie cet avantage n’a pas de prix ! Inutile donc de s’attarder à démontrer combien cette phase, chronophage et source d’erreur, est un gain de qualité et d’efficacité.
  • Des données actualisées : la programmation hebdomadaire des flux de mise à jour garantit une vision juste et actualisée.

 

 

Apidae-Visitdata, un mariage heureux

La plateforme Visitdata apporte elle, de sérieux « plus » qui optimisent l’exploitation des données Apidae :

  • Le stockage de l’historique, le petit détail qui change vraiment tout ! On ne saurait faire sans, pour traiter statistiques, croissances ou évolutions…
  • La fusion des champs. Pour structurer et simplifier l’observation un regroupement des champs associe des informations parfois dispersées selon les profils dans Apidae tels que labels, classements, types d’activités…
  • Le calcul automatique de certaines données. Un petit coup de pouce pour remplacer les lacunes... Si par exemple, le champ capacité maximum prévu pour les hébergeurs n’est pas renseigné, il est recalculé ! (à partir des autres données et selon des indicateurs nationaux)

 

Une stratégie départementale partagée

Portés par une logique de développement territorial commun, cinq offices de tourisme ardéchois se sont déjà engagés aux côtés de l’ADT pour bénéficier des atouts du dispositif déployé. D’autres s’apprêtent bientôt à rejoindre le groupe des partenaires.4

 

La dynamique est lancée !

Un coût d’entrée négocié offre à chaque structure l’accès aux analyses portant sur son périmètre de compétence :

  • Etudes des capacités
  • Fréquentations touristiques
  • Suivi des ventes de leur territoire

Et une vision globale sur les données départementales leur fournit des clés pour comparer et positionner leur destination.

 

Et si on allait plus loin ?

Si Bénédicte est persuadée de la pertinence et de l’efficience de l’organisation opérationnelle d’aujourd’hui, elle n’en est pas moins tournée vers le futur, convaincue que plus de choses encore peuvent être réalisées. Exploitation des données GPS, intégration d’un suivi de qualification des données, amélioration des exports graphiques, un accès unique pour tout… Il y a encore matière à imaginer ou à rêver !

On pourrait bien se « laisser émerveiller » par cette belle expérience ardéchoise…

Contact

Agence de Développement Touristique de l’Ardèche
Bénédicte Praget, Pôle Développement
T : 04 75 64 12 49
bpraget@ardeche-guide.com

www.ardeche-guide.com

Auteur de l’article